Bannire de la CRESS BN

Différents types de partenaires

 
 
Les structures souhaitant pérenniser leurs activités d’utilité sociale se dirigent souvent en premier lieu vers les partenaires publics (Europe, État, établissements publics, collectivités territoriales) afin d’obtenir des subventions. Celles-ci ne sont pas un dû et ne sont pas automatiques. Ainsi, les structures ont tout intérêt à diversifier leurs sources de financements pour préserver leur autonomie et développer plus sûrement leurs projets.
 
D’autres partenaires financiers existent et peuvent tout autant apporter leur aide, leur expertise, leurs capacités d’accompagnement : la banque (dès l’ouverture d’un compte en banque, c’est un partenaire quasi quotidien), les partenaires financiers solidaires (pour épargner et emprunter en fonction de ses valeurs), les entreprises (qui peuvent apporter une aide au projet via du mécénat ou se positionner en tant que partenaires à long terme de l’association).
 

Des partenaires publics

 

Les aides publiques peuvent concerner aussi bien l’investissement que le fonctionnement général de l’association, ou des actions spécifiques. Pour pouvoir en bénéficier les structures doivent répondre à des critères précis fixés par chaque financeur en fonction de ses compétences, de ses programmes et de ses objectifs.
 
Il n’y a pas de « guichet unique » du financement public : Europe, Etat, Région, Département, Pays, Communes et groupements de communes, structures parapubliques, chaque instance a ses compétences en fonction de ce qu’en dit la Loi.  Ces partenaires publics peuvent aussi soutenir des projets correspondant aux orientations qu’ils se sont donnés ; ils ont chacun des modes de décision et de versement qui leur sont propres.
 
Comment une association peut-elle identifier les collectivités compétentes et les lignes d’objectifs que celles-ci ont définies ?
Au sein de toutes les collectivités un interlocuteur est identifié pour répondre aux questionnements des porteurs de projets et les orienter si besoin. Par exemple, dans le cadre de la politique de la ville, il existe des lignes dédiées aux financements de projets associatifs. Chaque année un bilan est réalisé et partagé avec l’ensemble des partenaires, ce qui permet un temps d’échanges avec les financeurs. L’intérêt est de travailler avec plusieurs partenaires ce qui apporte un enrichissement considérable.
 
     - Les financements européens
     - Les services de l’Etat
     - La Région
     - Les Départements
     - Les Communes et groupements de communes
     - Les établissements publics et structures parapubliques

 

 

 

Des partenaires privés

 
Face à la réduction progressive des financements publics, les associations doivent diversifier leurs sources de revenus. Outre le financement privé interne (adhésions, dons, vente de produits…), les structures ont de plus en plus souvent recours à des moyens de financement externes : finances solidaires, financements des fondations et mécénat, organismes bancaires.
 
En parallèle, afin de sécuriser leur développement et de pérenniser leur projet associatif, les structures doivent nouer de nouveaux partenariats stratégiques et creuser des modes de coopération qui dépassent la logique de subvention. De nouvelles formes de partenariat se nouent entre des associations et des entreprises afin de développer ensemble des actions sur un territoire.
 
     - Les financeurs solidaires
     - Les fondations / le mécénat
     - Les organismes bancaires

 

bannire du bas